Accent d'Asie

Chine classique menu Best of – FZCTCHL – 19 jours/ 18 nuits (EX)

1010-Datong-hanging temple-McKaysavageLe pays tel qu’on l’imagine ne s’arrête pas à la Cité Interdite, à  la Grande Muraille et aux soldats de l’Armée enterrée, on ne compte plus les sites culturels ou naturels exceptionnels que peut offrir le pays. Nous avons tout testé, tout étudié, sélectionné et pris ce que nous considérons être le plus représentatif de cette Chine classique. Des sculptures bouddhistes géantes de Datong aux Montagnes jaunes en passant par les pains de sucre de Guilin, la Chine surprend par son extraordinaire hétérogénéité. Et pourtant les fondements de l’une des plus riches civilisations au monde se retrouvent dans chacune des étapes de votre périple malgré les grandes distances qui les séparent témoignant ainsi de la force civilisatrice chinoise.

Jour 1 : Arrivée à Pékin (-/-/-)

0910-beijing-capitale-Herry LawfordAccueil par votre guide et transfert à l’hôtel.

Bienvenue donc à Beijing, la capitale de l’ « Empire du Milieu » ! « Bei » signifie « nord » et « jing » capitale, Beijing est donc littéralement « la capitale du nord » par opposition à « Nanjing » qui était la capitale de l’Empire au sud.

Une ville fascinante devenue mégalopole ces dernières années et qui a est entrée dans la cour des grands avec l’organisation des Jeux Olympiques en 2008. « Revenue » est un terme plus approprié puisque Beijing était déjà la capitale de l’Empire sous la dynastie des Yuan (les Mongols) au XIIIème siècle. C’est sous la dynastie des Ming (1368 -1644) que Beijing a crée sa véritable identité, et grâce à l’Empereur Yongle notamment à qui l’on doit entre autre la Cité interdite (et un peu aussi au million d’ouvriers qui aurait participation à sa réalisation).

Vous apercevrez le Stade national, l’un des symboles de la Chine d’aujourd’hui, lors de votre transfert vers l’hôtel. Le « Nid d’Oiseau » comme on l’appelle communément est un chef d’œuvre architectural auquel le célèbre artiste Ai Weiwei a participé.

Il a été le théâtre de l’inoubliable cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques et des épreuves d’athlétisme.

Installation à l’hôtel et visite en cyclo-pousse des célèbres hutongs (ruelles de Pékin) près du lac Houhai. Visite de la Tour du Tambour, où l’on marquait les heures par des roulements de tambours à l’époque des Ming. La tour fait face à la Tour de la Cloche et donne un bon aperçu du vieux Pékin.

Rencontre avec un réparateur de vélo, métier très courant jadis et parfait témoin de l’évolution urbaine. A quelle vitesse la voiture a pris le pas sur le mythique vélo pékinois ? Comment se déplacent les jeunes aujourd’hui ? Est-ce que le vélo revient à la mode ? Faites votre enquête !

Vous assisterez probablement à une partie de mah-jong, échecs chinois ou jeu cartes qui attirent souvent les badauds et dont le guide vous expliquera les règles. En effet nombreux sont les personnes âgées qui s’adonnent encore à ces jeux très populaires.

Changement de décor et d’ambiance avec le quartier de Wangfujing, la rue la plus commerçante de la capitale. Vous prendrez la mesure de la Chine d’aujourd’hui et de la fièvre consumériste qui sévit dans les grandes villes. Le marché Donghuamen voisin ravira peut être vos papilles et vous plongera dans l’ambiance des marchés de nuit.  Personne  dans le monde n’hurle plus fort qu’un vendeur de raviolis chinois à Donghuamen…

Retour à l’hôtel.

Jour 2: Pékin   (PD/DJ/-)

La Chine est un pays à fort syncrétisme religieux, il est donc très complexe de donner des chiffres précis sur la répartition des religions même si le Bouddhisme prédomine. Ce que l’on peut retenir c’est la grande ouverture d’esprit et la quasi absence de religion d’Etat dans toute l’histoire du pays.

Il en résulte donc une fusion très riche entre les croyances populaires antiques, les doctrines confucéennes et le Taôisme pour les religions ou pensées d’origines chinoises et le Bouddhisme, l’Islam, le Judaïsme et le Christianisme pour les religions d’origine étrangères.

Il n’est donc pas rare de retrouver des dieux du panthéon taoïstes dans des temples bouddhistes ou des représentations de Guanyin (forme chinoise de la divinité bouddhiste Avalokitesvara en Inde) dans les temples taoïstes (où on la nomme Tianhou). Un fort sentiment d’incompréhension risque de s’emparer de vous à la fin de la journée, pas de panique même les Chinois mettent des années à tout comprendre !

Le lever sera matinal mais vous oublierez très vite ce sacrifice en vous rendant dans le parc du Temple du ciel pour assister au spectacle unique des activités pratiquées par les Chinois le matin. Taiji, kung-fu, sabre, méditation, tango, gymnastique sont au programme des Pékinois qui préparent leur journée par des exercices physiques qu’ils considèrent essentiels pour leur bien être. Certains pratiquent également la calligraphie éphémère, munis de pinceaux géants chargés d’eau avec lesquels ils écrivent des sinogrammes sur les dalles du parc qui s’évaporent plus ou moins vite en fonction de la chaleur. Une vraie performance artistique qui va au-delà de la portée esthétique…

D’autres activités plus insolites vous échapperont peut être comme le fait de courir en arrière en se tapant la tête ou de s’accrocher à une barrière en sautillant sur place…

Vous découvrirez ensuite le Temple lui-même qui se distingue par sa simplicité et son symbolisme qui renvoie à des croyances bien plus anciennes que le Bouddhisme et le Taoïsme. Le Ciel était rond et la Terre carrée et l’Empereur faisait le lien en pratiquant certains rites sacrificiels selon les principes fondateurs de cette civilisation plurimillénaire.

Votre itinéraire vous conduira ensuite au discret Temple des nuages blancs où les moines taoïstes portent encore le chignon et où les visiteurs viennent caresser par superstition les sculptures murales représentants les 12 signes zodiacaux chinois.

0910-temple conficius-beiijing-Fabio A ChilliSi le temps le permet vous vous rendrez à la Mosquée de Pékin qui symbolise l’expansion commerciale des marchands musulmans d’Asie centrale.

Vous déjeunerez dans un restaurant végétarien dans le centre de la capitale où vous dégusterez des imitations  plus vraies que nature de brochettes d’agneau et de canard laqué…

L’après-midi sera consacrée à la visite du Temple des Lamas, plus fréquenté que les autres temples mais fondamental pour la compréhension du bouddhisme tibétain pratiqué également par une partie de la Mongolie intérieure. Le temple est aussi connu pour sa statue de bouddha haute de 18m et qui aurait été sculptée dans un seul bloc de bois.

Vous terminerez votre journée par la visite du temple de Confucius, personnage clé de la culture chinoise dont les préceptes et codes moraux ont organisé la quasi-totalité des rapports sociaux de la Chine impériale. Le Confucianisme refait peu à peu surface dans la Chine d’aujourd’hui.

Jour 3 : Pékin (PD/DJ/-)

0910-grand muraille-Didier BIGANDSi contrairement à ce qu’on dit on ne la voit pas de la Lune, la Grande Muraille est l’un des symboles majeurs du pays et sa visite absolument incontournable. Il faut remonter à la dynastie des Qin il y a plus de 2000 ans pour retrouver les premières traces de murs défensifs qui ont peu à peu été unifiés et reliés au projet de plus grande envergure restauré et achevé sous les Ming et qui est le site qu’on connait aujourd’hui.

Elle s’étend sur plus de 6000km de l’ancienne Mandchourie jusqu’au fort de Jiayuguan aux portes du désert de Gobi à l’Ouest d’où étaient bannis les criminels.

Placée sur les crêtes les plus élevées, elle offrait un excellent champ de vision sur le nord du pays et permettait ainsi aux gardes des tours de guet de prévenir l’Empire des menaces barbares potentielles par des feux d’alerte. La Muraille était par ailleurs suffisamment haute pour arrêter la progression des excellents cavaliers mongols qui devaient descendre de leur monture pour attaquer.

C’est sur le tronçon Mutianyu que vous vous rendrez et le départ de votre hôtel sera matinal afin de profiter de la lumière matinale qui ravira les photographes !

Vous aurez le choix sur place de prendre le téléphérique si la marche vous semble trop longue, les enfants pourront par ailleurs profiter du toboggan installé sur place.

En fonction du temps vous pourrez déguster un pique nique sur la Grande Muraille en admirant les superbes paysages accidentés qui entourent le site.

0710-lac kunming-Didier BIGAND1Retour à Pékin et visite du Palais d’Eté. Autrefois simple jardin impérial, le site a été totalement repensé et embelli par l’Empereur Qianlong au XVIIIème siècle au point devenir l’un des sites majeurs de la capitale. La Cour impériale se rendait sur cet immense terrain de jeu pour fuir la chaleur étouffante de la Cité interdite pendant l’été. Un ensemble raffiné de temples, pavillon, lacs, tours et jardins composent ce microcosme harmonieux et très représentatif de la culture chinoise. La Longue galerie, le Bateau de marbre, le Pont aux dix sept arches, le Lac Kunming et la Colline de la Longévité sont les pierres angulaires du site.  L’Empereur n’est plus là mais la chaleur oui, vous ferez plusieurs haltes dans les coins ombragés du Palais.

Retour à Pékin.

Jour 4 : Pékin / Datong (PD/-/-)

Matinée libre pour profiter de votre hôtel ou pour faire du shopping.

0910-temple ciel beijing-Abode of ChaosVisite de la Cité Interdite.

La plupart des édifices chinois sont dos au Nord qui symbolisait selon les Anciens la menace barbare et donc les invasions potentielles. C’est le cas de la Cité interdite dont la porte principale est située au sud face à Tiananmen, la troisième plus grande place au monde.

La construction de la Cité s’est achevée en 1420 sous le règne de Yongle de la dynastie Ming et servit au siège à l’administration impériale sous les dynasties Ming et Qing jusqu’à la chute de l’Empire en 1911. La Cité abriterait selon la légende 9999 pièces ! La citadelle de Hué au Vietnam s’en  ait largement inspiré. Mais le véritable modèle de départ est le Palais de Nanjing, ancienne capitale de l’Empire, aujourd’hui délabré.

La Cité était interdite au grand public et tout visiteur qui n’était pas convié était exécuté sur le champ.

Afin de simplifier la lecture du site, on peut diviser l’ensemble en trois parties :

-les Palais officiels qui servaient aux grandes cérémonies, examens impériaux ou réunions au sommet avec les ministres d’Etat

-les appartements et le Jardin impérial où logeaient l’Empereur et l’Impératrice mais aussi les ambassadeurs en visite

-les salles parallèles où l’on trouve temples, bibliothèques et jardins

Restaurée à l’occasion des Jeux Olympiques la Cité s’est refait une jeunesse et a retrouvé ses couleurs éclatantes d’antan.

Prenez votre temps pour cette visite inoubliable et n’hésitez pas à vous rendre dans les pièces ou cours parallèles plus au calme.

La Colline de charbon vous donnera une superbe vue générale de la Cité, profitez en pour observer étudier la carte de la ville et comprendre son agencement.

Transfert à la gare et train de nuit pour Xi’an (couchette molle). Il existe plusieurs types de train aujourd’hui avec l’arrivée du TGV ultra moderne notamment, mais les trains de nuit restent une expérience inoubliable et un lieu de rencontre pour tous ceux qui s’aventurent dans les différentes classes qui composent le train : siège « dur » ou « mou », « couchette dure » et « couchette molle », telles sont les dénominations des 4 classes qui intriguent les voyageurs occidentaux. Le train est l’agora des Chinois, les gens s’abordent sans complexe, dégustent des soupes de nouilles instantanées avec l’eau chaude des thermos à disposition, engloutissent des quantités astronomiques de graines de tournesol, jouent aux cartes, trinquent à la bière ou au baijiu, le puissant alcool de riz local

Bienvenue au théâtre !

Jour 5 : Datong (PD/-/-)

Arrivée à Xi’an, accueil par votre guide local et transfert à l’hôtel.

Bienvenue dans l’ancienne capitale des Wei du Nord ! La chute de l’empire des Han (206 av JC – 220 ap JC) se traduit au début IIIème siècle par un éclatement en plusieurs petits royaumes rivaux. Les Tuoba, peuple turcophone venu du nord (que les Chinois considéraient comme de simples barbares) unifient le nord du pays et fondent la dynastie des Wei du Nord (386-534) en installant leur capitale à Datong (qui fut transférée à Luoyang en 494 où l’on trouve également le même type de sculptures), situé à quelques kilomètres de la frontière avec la Mongolie intérieure.

Si la ville se caractérise aujourd’hui plus pour les tristes mines de charbon qu’ils l’entourent, elle n’en reste pas moins le point de départ incontournable pour les fabuleuses grottes de Yungang.

0910-grotte Yungang-McKaySavageRoute pour les grottes de Yungang, situées à environ 15km de la ville mais dont le trajet peut prendre plus d’une heure en fonction du trafic.

La conversion des Wei du Nord au bouddhisme et leur assimilation à la civilisation chinoise ont donné naissance au Vème siècle ap JC aux grottes de Yungang que certains considèrent comme le symbole de l’âge d’or de l’art rupestre bouddhiste en Chine. 51 000 statues sculptées à même la roche et réparties dans 252 grottes qui sont l’œuvre de fidèles et moines (dont le célèbre moine Tanyao) pour la plupart. Un grand nombre d’entre elles est fermée au public afin de protéger les couleurs d’origines, bien conservées d’une manière générale en comparaison avec les autres sites du même type dans le pays. Certaines renferment des milliers de statues de boddhisattvas et d’autre des représentations géantes de Bouddha, la grotte numéro 5 et son bouddha de 17m de haut est l’un des joyaux du pays. Prenez le temps d’admirer cette œuvre majeure de l’art chinois car si elle ne rivalise pas en taille avec le Bouddha assis de la région Sichuan (la plus haute du monde avec ses 71 mètres de haut) elle est sans doute esthétiquement parlant la sculpture la plus aboutie du pays.

Les grottes étaient pour la plupart protégées par des temples en bois, d’où la présence d’orifice sur les façades.

Retour à Datong et visite du centre ville en pleine mutation, découverte du superbe temple Huayan (du même nom que la branche bouddhiste qu’il représente) construit par les Khitan, fondateurs de la dynastie non chinoise Liao (907-1125). Les Khitan de part leurs origines « barbares », leur adhésion au Bouddhisme et leur assimilation à la culture chinoise ont un parcours similaire aux Wei du nord. Assimilation partielle puisque le temple Huayan est tourné vers l’Est (les Khitan vénérant le soleil) soleil et non vers le sud comme l’immense majorité des édifices chinois.

Vous passerez également devant le Mur des neufs dragons, le plus grand du pays (45 m de long), qui même s’il peut en laisser certains perplexes est une véritable référence en la matière. Les « murs écrans », dont le degré de raffinement définit la catégorie sociale dans la Chine ancienne, sont présents partout dans les constructions traditionnelles. Ils servent aussi bien à se protéger des regards indiscrets qu’aux visiteurs à se changer discrètement avant d’entrer. Et d’un point de vue plus superstitieux, ils  empêchent l’intrusion intempestive de fantômes malfaisant, on considérait en effet qu’un fantôme ne savait marcher qu’en ligne droite et qu’il restait bloqué devant le moindre obstacle…On peut légitimement se poser la question suivante: en profitait-il pour détrousser le voyageur qui se changeait ?

Retour à l’hôtel.

Jour 6: Datong / Pingyao (PD/-/-)

Route pour Pingyao avec arrêt au Temple suspendu et à la pagode Yingxian.

0910-Datong-Hanging temple-McKaysavageVous commencerez par le Temple suspendu (situé à 72 km de Datong, compter environ 1h30 en fonction du trafic), également construit pendant la dynastie des Wei du nord et qui fascine par son agencement original. Il est suspendu sur une falaise à 50 mètres au dessus des gorges de la rivière Jinlong (afin d’éviter la montée des eaux), grâce à un ingénieux jeu de construction en bois qui repose principale sur des poutres incrustées dans la roche. Les deux parties principales du temple sont reliées par des couloirs étroits peu rassurants et qui pourtant résistent parfaitement aux ravages du temps ! Le temple, qui fédère les trois courants de pensée principaux du pays, servait à la fois de lieu de culte et d’auberge aux pèlerins. Admirez cette pièce unique d’en bas si vous êtes sujets au vertige…

Vous poursuivrez votre route vers Yingxian situé à environ une heure de route du Temple suspendu où vous découvrirez la plus haute pagode en bois du monde (67m de haut): la pagode de bois de Yingxian construite au XIeme siècle, superbe édifice octogonal qui constitue l’un des principaux sites touristiques du nord de la Chine et un symbole majeur du bouddhisme chinois avec sa statue de Sâkyamuni de 11 mètres de haut au cœur de l’édifice.

Continuation pour Pingyao situé à 340km (compter environ 4h et 4h30 de route en fonction du trafic).

Bienvenue dans la cité médiévale la mieux préservée du pays ! Si vous recherchez un ensemble de ruelles pavées, bordées par des maisons traditionnelles à cour carrée éclairées le soir par des lanternes rouges, le tout entouré par de puissants remparts parfaitement conservés c’est à Pingyao qu’il faut aller. La ville incarne parfaitement l’image qu’on peut se faire de la Chine traditionnelle.  Ville marchande prospère sous les Ming, c’est sous la dynastie des Qing et grâce à la création des premières banques de change (jusqu’à devenir le premier centre bancaire de Chine) que Pingyao est devenue la superbe cité que l’on connait aujourd’hui.

0910-Pingyao-alvaro VerdoyAccueil à la gare et transfert en ville. En fonction du climat, c’est à vélo que vous découvrirez les remparts qui participent largement à la popularité de Pingyao. Vous éviterez ainsi la foule et cela vous donnera un parfait aperçu de l’agencement de la ville. 6km de long, 10 mètres de haut et 72 tours de guet qui renferment chacune un paragraphe de l’Art de la guerre de Sunzi, la ville est bien défendue !

Retour à pied à l’hôtel, vous flânerez au fil des ruelles en essayant d’éviter dans un premier temps l’artère principale très fréquentée, en particulier le week-end.

Pingyao attire un nombre croissant de visiteurs et une partie des 4000 résidences Ming et Qing sont reconverties en petits restaurants, boutiques et adorables hôtels de charme. C’est dans l’un de ces hébergements que vous passerez la nuit, peut être sur un kang, lit composé de briques et chauffé par foyer situé en dessous…

Jour 7 Pingyao  (PD/-/-)

Vous partirez après le petit déjeuner vers ce qui constitue l’autre intérêt de la région : les résidences de marchands et les maisons troglodytes.

Des commerçants originaires de région ont amassé des fortunes colossales qui leur ont permit de faire bâtir de véritables palais. C’est le cas de la Résidence du Clan Wang, imposant labyrinthe de cours carrées, de petits jardins, de temples et escaliers étroits située à environ 50km de Pingyao. Le site ressemble à la résidence du clan Qiao qui a servi de cadre à « Epouses et Concubines », chef d’œuvre du metteur en scène Zhang Yimou, et qui victime de son succès est parfois trop fréquenté, nous vous proposons ainsi de vous orienter vers un site un peu moins connu mais tout aussi passionnant.

Sur la route retour découverte de Zhangbicun, petit village qui se distingue par son château souterrain. Un incroyable réseau de tunnels défensifs construit  sous la dynastie des Sui (581-618) pour se prémunir de la menace Tang (618-907), ce qui n’a pas bien fonctionné si on observe bien les dates…Les tunnels s’enfoncent à près de 30 mètres sous terre et s’étend sur 1500 mètres, suivez bien le guide si vous ne souhaitez pas être engloutis par les intestins de Zhangbicun.

La petite ville à la surface offre tout autant d’intérêt avec son dédale de rues pavées et ses maisons anciennes typiques du moyen-âge chinois.

1010-Pingyao-habitation troglodyte-Alvaro VerdoyCette escapade sera aussi l’occasion de découvrir les habitations troglodytes. Même si il est ardu de donner un chiffre exact, il existerait en Chine trois millions de personnes vivant dans ces maisons creusées dans le lœss, roche sédimentaire résultant d’une accumulation de limons transportés par le vent si caractéristique de la région et qui a donné naissance à la célèbre expression « pays du loess » (qu’on retrouve en particulier dans les trois provinces du Shanxi, Shaanxi et Henan qui sont considérées comme le berceau de la civilisation chinoise). Même si les conditions restent assez précaires avec l’absence récurrente d’eau courante et de raccordement au réseau électrique, les maisons troglodytes sont loin de ne présenter que des désavantages surtout en matière d’isolation. La température ambiante à l’intérieur reste stable tout au long de l’année, les hivers paraissent ainsi moins rugueux et la fraicheur des maisons est très appréciable lors des étés les plus chauds.

Vous terminerez votre journée par la visite du temple bouddhiste Shuanglin (temple de la Double forêt) situé tout prêt de Pingyao. Fondé sous la dynastie des Wei du nord dont vous aurez déjà entendu parler à l’occasion de la visite des grottes de Yungang, le temple se distingue entre autre par ses statues finement sculptées qui ont su conserver ses couleurs originales.

Profitez bien de votre soirée à Pingyao en flânant dans les ruelles éclairées par les centaines de lanternes rouges très typiques de la Chine du nord…

Jour 8 Pingyao / Taiyuan / Xian (PD/-/-)

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, un adage sur mesure pour Pingyao qui dévoile toute sa magie au petit matin, quand les voyageurs dorment paisiblement, que les odeurs et le bruit des cuisines annoncent un petit déjeuner prometteur (ou pas) et que les vélos commencent peu à peu à animés les ruelles de la Cité. Nous vous recommandons donc fortement cette balade matinale pour profiter de Pingyao sous son meilleur profil.

Vous partirez ensuite à la découverte de Rishengchang, qui partie d’une simple teinturerie au XVIIème siècle devint la première banque du pays et ouvrit des antennes dans tout le pays, une véritable « success story » qui a largement contribué à l’époque à faire de Pingyao le centre financier de la Chine.

Visite du yamen local qui regroupait dans la Chine impériale le centre administratif, le tribunal et parfois la prison de la ville. Les accusés se présentaient devant le juge local qui décidait d’une sentence qui pouvait aller d’une simple amende à l’amputation des parties génitales…

1010-taiyuan-ville-Francisco AnzolaAprès cette charmante visite, vous vous rendrez à Taiyuan, capitale de la région du Shanxi. Vous visiterez le Jinci, remarquable ensemble construit au Xème siècle en l’honneur du prince Shuyu qui fonda l’Etat Jin (772-403 av JC). Le terme « Jinci » est composé du mot « Jin », nom du royaume Jin donc, et « ci » qui signifie « temple des ancêtres ». Cette visite est l’occasion pour vous d’en apprendre un peu plus sur le culte des Ancêtres, pratique fondamentale de la culture chinoise qui perdure encore aujourd’hui. Beaucoup plus proche des valeurs confucéennes et de sa « piété filiale » et plus ancienne que toute forme de religion en Chine, cette pratique consiste à maintenir un lien avec le monde des morts en offrant de la nourriture, en brulant du papier monnaie et encens ou en « balayant les tombes » à l’occasion de la Fête des morts (Qingmingjie). Certains voyageurs pensent légitimement découvrir des représentations divines dans les temples chinois alors qu’il s’agit souvent de personnage clés ou héros de l’histoire chinoise à qui l’on voue un culte presque divin.

Le temple de la Sainte mère, mère de Shuyu à qui le site est donc dédié, en est le parfait exemple. Attardez vous d’ailleurs sur les superbes dragons sculptés qui entourent les piliers en bois ce temple, privilège accordé en général aux édifices impériaux.

Demandez à votre guide pourquoi « L’Empereur ne plaisante jamais », il vous racontera alors une histoire très populaire dans la région !

Transfert à l’aéroport et envol pour Xi’an. Accueil et transfert à l’hôtel.

Jour 9 : Xi’an (PD/-/-)

1010-Shaanxi-earthquake-ronniegrobBienvenue dans la province du Shaanxi considéré comme le berceau de la civilisation chinoise.  Xi’an, trois fois capitale de l’Empire, a joué un rôle décisif dans l’histoire du pays, aussi bien en tant que centre administratif qu’en tant qu’étape finale (ou de départ) de la Route de la Soie, voie de commerce terrestre par laquelle était exportée la soie chinoise (entre autres produits locaux)  dont seuls les Chinois avaient alors le secret… La ville, jadis appelée Chang’an, comptait déjà plus d’un million d’âme à l’époque du de Qin Shi Huangdi, le tout premier Empereur de Chine et unificateur des « royaumes combattants » en 221 avant JC,  et devint sous la dynastie des Tang (618 – 907) la ville la plus peuplée du monde…

Route pour l’Armée enterrée situé à environ une heure de route de Xi’an.

1010-Xi an- armee enterree-Tracy HunterQu’ont pu ressentir les quelques paysans venus creuser un simple puits quand ils sont tombé par hasard sur des galeries remplies de milliers de soldats grandeur nature en formation de combat ?

C’est en 1974 que l’Armée est découverte et elle fait partie aujourd’hui des plus grandes découvertes archéologiques de l’Histoire.

C’est pour protéger son tombeau des esprits malfaisants de l’au-delà que Qin Shi Huangdi a fait bâtir à l’est de son mausolée cette immense armée de fantassins, archers et cavaliers en terre cuite. Chaque guerrier arbore un visage différent à l’image des vrais soldats de l’époque qui auraient donc servi de modèle. Des historiens ont développé l’idée selon laquelle l’Empereur aurait voulu régner également sur le monde des morts et préparer ainsi son armée posthume.

1010-Xi an- armee enterree-Arian ZwegersCertaines pratiques sous la dynastie des Shang (plusieurs siècles avant la naissance de l’Empire) consistaient à enterrer vivants ou à immoler les esclaves au service d’aristocrates ou petits rois locaux lors de la mise en bière de leurs maîtres, et ceci afin de continuer à les servir dans l’au delà. Cette pratique cruelle fut peu à peu abandonnée à partir de la dynastie des Qin et Han et les victimes furent remplacées par des statues tombales, c’est ainsi qu’est née la fascinante Armée…

Cela n’a pourtant pas empêché Qin Shi Huangdi de faire enterrée les quelques milliers de travailleurs qui auraient participé à l’édification de son mausolée afin qu’ils n’en divulguent pas les secrets…Le tombeau est d’ailleurs considéré aujourd’hui comme trop dangereux pour être visité.

Les statues sont répartis dans trois fosses, vous commencerez par les fosses n*2 (qui encore en cours d’excavation mais dont vous pouvez voir quelques exemples) et n*3 (qui abrite l’état major). Vous terminerez par la fosse n*1 de loin la plus impressionnante qui présente environ 2000 soldats.

En 1980 furent découverts à l’ouest du mausolée deux splendides charriots de bronze que vous verrez exposés dans le petit musée du site.

C’est sous la dynastie des Ming que furent bâtis les impressionnants remparts de Xi’an, aujourd’hui restaurés ou reconstruits ils dont partie des rares fortifications encore visibles en Chine aujourd’hui. Vous ferez un tour à vélo ou en voiturette (compter un supplément) d’environ 1h, façon très agréable de découvrir et dominer la ville loin du trafic et de la foule. Vous pourrez même tester un « vélo tandem » pour ajouter un peu de piquant.

C’est par le biais de ces échanges commerciaux et l’influence de marchands musulmans d’Asie centrale et mineure que l’Islam a fit son entrée en Chine. Plusieurs minorités musulmanes (à peine 15 millions d’habitants au total) peuplent la Chine, dont les Hui très présents à Xi’an. Vous visiterez la Mosquée, dans un style sinisé et le quartier très vivant qui l’entoure, composé d’échoppes de bouchers, de multitude de magasins en tout genre, où les hommes portent des calottes blanches et les femmes des foulards colorés.

Vous pourrez apprécier pour le dîner l’ambiance unique du marché de nuit où sont servies des spécialités du quartier comme les succulentes brochettes d’agneau épicées, les pains plats ou encore les bouillons de nouilles et de mouton.

En option : Votre journée se terminera par une courte visite à caractère sociologique ; celle d’un cybercafé à Xi’an. On considère qu’il y aujourd’hui 450 millions d’internautes en Chine, dont 24 millions fanatiques aux jeux en ligne et ce chiffre ne cesse évidemment de croitre devenant ainsi un véritable problème de société.

Jour 10 Xi’an / Guilin (PD/-/-)

Transfert à l’aéroport et visite en route du tombeau de l’Empereur Jingdi.

Le site est situé à une quinzaine de kilomètres de l’aéroport de Xi’an, soit à 15 minutes environ. Idéal donc avant de prendre l’avion.

Le règne de l’Empereur Jingdi de la dynastie des Han (188 -141 avant JC) est aux antipodes de celui de Qin Shi Huangdi. En effet si le règne de ce dernier a été marqué par la cruauté et la priorité donnée aux dépenses militaires, celui de Jingdi l’est plus pour son humanisme et sa vision plus diplomatique des relations extérieures.

Le tombeau, ouvert au public en 2006, abrite une multitude de figurines représentant eunuques, serviteurs et animaux domestiques mettant ainsi beaucoup plus l’accent sur la vie quotidienne sous la dynastie des Han que le tombeau de Qin Shi Huangdi, plus guerrier.

Vous marcherez sur un étonnant sol de verre qui domine les différentes fosses, permettant ainsi d’observer de plus près les fines statuettes récemment exhumées. La visite comprend également un excellent petit musée non moins intéressant qui expose les pièces les mieux conservées. La remarquable mise en valeur du site rend la visite du site incontournable.

 Envol pour Guilin. Accueil et transfert en ville.

1110-Detian chute Detian-Guangxi-B cool-1Bienvenue dans la province autonome du Guangxi, connue pour ses nombreuses minorités et ses paysages fantastiques avec entre autres les pitons rocheux qui bordent la rivière Li, les innombrables grottes, les rizières en terrasses de Longsheng ou encore les chutes de Detian.

Découverte de la Grotte de la Flûte de roseau qui tire son nom des nombreux roseaux qui poussaient à l’entrée de la grotte et qui servaient à la fabrication de flutes. Des torches seront mises à votre disposition de manière à pouvoir découvrir les stalactites et stalagmites que le très kitch et folklorique jeu de lumière crée pour les touristes locaux n’atteint pas !

Vous terminerez votre journée par une agréable balade autour du lac Shan connu pour ses deux superbes pagodes du Soleil et de la Lune.

Jour 11 Guilin / Yangshuo (PD/DJ/-)

1010-guilin-cruise Li-Cyril BeleTransfert pour l’embarcadère et début de la croisière sur la rivière Li.

83 km séparent Guilin, capitale de la province, de Yangshuo, petit bourg devenu très populaire ces 15 dernières années. Les bateaux serpentent lentement sur la fameuse rivière Li, au milieu des « pains de sucres » aux formes insolites et aux noms fantaisistes parfois tirés de légendes populaires comme « la Fresque des Neufs chevaux » ou « la colline du Tigre qui regarde les Neufs chevaux » logiquement située en face.

Ces superbes formations karstiques ont inspiré poètes, peintres et photographes et constituent aujourd’hui l’une des visites les plus prisées du pays.

Alors que la plupart des voyageurs s’arrêtent à Yangshuo dans la très commerciale rue de l’Ouest, nous vous proposons de poursuivre votre périple à vélo afin d’explorer la campagne environnante avec ses rizières, ses buffles d’eau et ses petits villages.

Vous aurez le choix de loger à Yangshuo même ou en dehors de la ville, plus proche de la nature.

En option : Avant de brillamment mettre en scène la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Pékin 2008, le cinéaste Zhang Yimou était déjà célèbre pour sa riche filmographie avec entre autre « Epouse et Concubines », « Shanghai Triad », « Vivre » et plus récemment « Hero » ou « la Cité interdite ». C’est à ce géant du cinéma chinois que les autorités locales ont confié la réalisation du spectacle sons et lumières de Yangshuo «impressions Liu Sanjie ». C’est sur fond de paysages karstiques fabuleux que se produisent tous les soirs des centaines d’acteurs dont des pêcheurs locaux, imitant des scènes de la vie rurale ou mettant en valeur des tenues traditionnelles portées par les minorités de région.

 Jour 12 Yangshuo / Guilin / Hangzhou (PD/-/-)

Transfert à l’aéroport de Guilin (compter 2 heures de route) et envol pour pour Hangzhou, ancienne capitale de la dynastie des Song du Sud (1127-1279) et actuel chef lieu de la province du Zhejiang.

Accueil et transfert à l’hôtel.

Marco Polo décrivait Hangzhou comme un paradis sur terre en grande partie en raison du « Lac de l’Ouest », récemment inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Aménagé au VIIIème siècle par le gouverneur de l’époque qui transforma ce qui était à l’origine un simple marécage, le lac est aujourd’hui un ensemble très harmonieux de jardins, de kiosques et pagodes où les locaux viennent flâner quotidiennement.  Chaque saison offre un spectacle différent : en hiver quand la neige s’invite parfois sur le lac et le transforme en œuvre d’art avec sa végétation cristallisée, au printemps quand les pêchers et les pruniers en fleur ravivent ses couleurs et en été quand les innombrables nénuphars le recouvrent de champs parfumés. Les locaux aiment répéter que la Lune est plus grande et plus belle en automne, les « Trois bassins reflétant la lune »sur l’île Xiaoling constitue le meilleur point d’observation.

Vous partirez à vélo pour une balade paisible autour de cette authentique carte postale de la Chine traditionnelle devenue un des symboles majeurs du pays. Les ponts courbés donnent accès aux îlots qui se situent au cœur du lac, vous découvrirez entre autre les jardins romantiques Quyuan.

Vous poursuivez votre escapade dans les collines de théiers près du lac, autre spécialité de la province du Zhejiang et son thé Longjing le plus prisé et parmi les plus chers du monde. Les champs de théiers sont souvent plantés en altitude et recouvrent les collines de rangées vertes parfaitement dessinées, un vrai plaisir pour les yeux !

Consommée originellement comme plante médicinale, le thé est rapidement devenu la boisson favorite des Chinois et son commerce s’est développé dans le monde entier à partir de la dynastie des Tang (618-907).  Par sa diversité, sa complexité et sa richesse la culture du thé peut se comparer à la culture du vin en Occident. Seuls les effets directs d’une trop grande consommation diffèrent considérablement…

Vous rencontrerez peut être, au hasard de votre parcours, un producteur local qui vous expliquera les différentes familles de thés : thé vert, thé noir, thé Wolong, thé parfumé, thé blanc ou thé en briques.

Jour 13 Hangzhou / Xidi (PD/-/-)

1110-zhanghou-pharmacope-Gwydion M WilliamsVisite de la Musée de la pharmacopée chinoise de Hangzhou qui se trouve dans la pharmacie Huqingyu bâtie au XIXème siècle. Autre thème fondamental et fascinant de la culture chinoise et que vous ne pouvez manquer sous aucun prétexte ! Si vous n’êtes pas déjà sensibilisé à ce type de médecine, il vous faudra vous libérer provisoirement de toute logique occidentale.

Le corps humain est un microcosme qui fonctionne comme la société ou l’univers entier, en chinois le terme « zhi » signifie aussi bien « soigner » que « gouverner ». Chaque élément de ce microcosme est lié à un autre et ne fonctionne convenablement que si le « souffle » (« qi » en chinois) se diffuse convenablement.

Dans l’incroyable catalogue de pratiques qui compose la médecine chinoise, il faut en retenir deux majeurs que sont l’acupuncture et la pharmacothérapie encore très populaires aujourd’hui.

-L’acupuncture consiste à insérer des petites aiguilles dans des « points d’acupuncture » regroupés en famille de 12 « méridiens » (que certains comparent aux « chakras » indiens), sorte de points relais interdépendants d’un complexe système de canaux à travers circule le souffle vital (le « qi »). Ce « souffle » est en perpétuelle mutation, tantôt d’aspect « yang », tantôt d’aspect « yin », comme le soleil (qui est une manifestation « yang » du souffle) laisse quotidiennement et progressivement place à la lune (qui est la manifestation « yin »). Le célèbre symbole du yin et yang montre également qu’il y a toujours un peu de yin dans le yang et vice versa…Les deux principes sont ainsi interdépendants et ne peuvent exister l’un sans l’autre, au même titre que l’homme (yang) et la femme (yin).

L’estomac ne compte pas moins de 45 points par exemple qui se trouvent aussi bien sur le coup du pied qu’au dessus de la pupille de l’œil, si l’acupuncteur ressent un excès de souffle quelque part il convient donc de le rééquilibrer en agissant sur l’un de ces points.

-La pharmacothérapie est comme son nom l’indique la thérapie par la pharmacopée, ensemble de remèdes qui apparaissent sous la forme de pilules, poudres ou décoctions à base de plantes (comme la racine de Ginseng) ou d’origine animales (scorpions, hippocampes, serpents, cornes de rhinocéros…) ou humaines (il arrive par exemple que certains consomment le placenta peu après l’accouchement).

Le qigong (sorte de gymnastique du « qi » pratiquent certains Chinois dans les parcs le matin par exemple), la diététique (certains aliments sont « yang » et d’autres « yin », une bonne diététique résulte d’un bon équilibre des deux principes) et le massage traditionnel font partie également de la médecine qui est avant tout basée sur la prévention plutôt que la guérison à proprement dit.

Outre l’impressionnante collection que présente ce musée avec cette fameuse multitude de tiroirs renfermant des ingrédients improbables, c’est aussi l’architecture typique de la pharmacie avec ses boiseries, ses lanternes et son petit jardin qui vaut le détour.

Longue route pour le Wannan dans la province de l’Anhui (situés à environ 270 km compter entre 4h et 4h30 en fonction du trafic), zone qui de part sa proximité avec la rivière Xinnan et sa terre fertile a su développé un réseau commercial efficace qui lui permettait d’exporter thés, bambous, sel et bois vers la côte est. Certains marchands locaux ont amassé de véritables fortunes sous la dynastie des Ming (1368- 1644) et Qing (1644-1911) et se sont fait construire de magnifiques demeures qui justifient aujourd’hui l’afflux croissant de visiteurs.

On retiendra trois caractéristiques principales de l’architecture locale : l’aspect extérieur constitué de murs blanchis à la chaux, de toits de tuiles noires et de pignons superbement sculptés, les cours intérieures éclairées par des puits de lumières aussi appelé tianjing (littéralement « miroirs du ciel ») et enfin les paifang,  arche commémorative dédié aux lauréats des examens impériaux. En effet dans la hiérarchie sociale confucéenne le marchand occupait le rang plus bas, certains d’entre eux misaient donc beaucoup sur leurs progénitures afin qu’ils réussissent leurs examens et intègrent la prestigieuse classe des lettrés. Cette revanche sociale donne ainsi naissance dans la région à une multitude de paifang en l’honneur des lauréats que l’on estime à plus de 500 dans l’histoire de la région.

Nuit dans un village du district de Yixian dont vous ferez la découverte le lendemain.

Jour 14 Xidi / Huangshan (PD/-/-)

Vous commencerez  votre journée à vélo a la découverte des villages pittoresques classés parmi les plus beaux du pays et dont Xidi et Hongcun font désormais partie du patrimoine mondial de l’Unesco.

1410-Hongcun-village-Mulligan StuLa visite de ces deux villages dévoilera un autre pan majeur de la culture chinoise : l’art du fengshui (littéralement « vent » et « eau ») également appelé  « géomancie ». De plus en plus populaire en Occident mais parfois vulgarisé, le fengshui se définit tout d’abord comme une étude très approfondie des lieux favorables aux logements ou aux tombes des défunts. Les géomanciens sont encore aujourd’hui consultés pour étudier l’environnement d’une future maison (ou même d’un gratte ciel) qui doivent être en harmonie la nature et les forces qui régissent le cosmos dans son ensemble, animé par le « qi » ou « souffle » de au même titre que le corps humain. Une montagne escarpée est « yang » alors qu’un lac est « yin » et leur présence à tous les deux est requise pour un environnement parfait. Et lorsque qu’un site manque de l’un ou de l’autre, le géomancien recommande l’installation d’un point d’eau ou d’une colline artificielle par exemple.

Les couleurs, l’orientation, la luminosité, la topographie d’un terrain font partie de la liste interminable des facteurs déterminants la décision d’un géomancien.

Le village de Hongcun est l’un des exemples de mise en application des préceptes du fengshui les plus parlants et les plus originaux du pays. Son agencement est une reproduction volontaire de la silhouette d’un buffle dont les intestins sont symbolisés par un complexe réseau de canaux du village et son estomac par le bassin central dans lequel ils se déversent. Les deux grands arbres à l’extérieur du village représentent les cornes du buffle, animal symboliquement lié à l’eau et donc protecteur des incendies qui avaient déjà ravagé le village avant qu’il ne soit totalement repensé par un géomancien.

Vous visiterez la demeure Chengshitang construite par un marchand de sel et très représentative du niveau de raffinement et de prospérité de la région.

Le village a également servi de lieur de tournage à « Tigre et Dragon », film à succès qui a réussi habilement à marier romance à la chinoise, arts martiaux et effets spéciaux particulièrement novateurs pour le cinéma chinois.

Voisin de Hongcun, Tachuan est un village hors du temps, à l’entrée d’une vallée qui se couvre de rouge et de jaune à l’automne qui révèle mieux encore les maisons blanchies à la chaux pour le plus grand bonheur des photographes. « Ta » signifie pagode en chinois, comme la forme donnée au village par ses « concepteurs ». Tachuan est moins connu dans le district et vous permettra d’avoir un regard plus proche de la vie locale, car le Wannan est aujourd’hui clairement victime de son succès, il s’agit donc de se perdre dans le labyrinthe de ruelles aux dalles de marbres gris ou de se rendre dans les campagnes environnantes, à l’écart de la foule et du bruit afin de mieux apprécier l’histoire et la symbolique de cette région extraordinaire.

Xidi, dont la situation idéale le long d’un cours d’eau et au pied d’une colline est également le fruit des conseils avisés d’un géomancien, est avant tout connu pour le paifang à trois niveaux qui se trouve à l’entrée du village et qui fait hommage à un ancien membre du clan du village devenu préfet. C’est aussi à Xidi que l’on trouve le plus grand nombre de maisons de marchands particulièrement raffinées avec leurs fines boiseries sculptées, inlassablement immortalisés par des étudiants des beaux arts ou photographes passionnés.

Nanping enfin avec ses maisons vieilles de plus de 500 ans et qui offre l’un des plus beaux exemples de temple des ancêtres de la région : le temple des ancêtes du clan Ye. Outre le fait qu’il est servi de décor à Judou célèbre film de Zhang Yimou avec l’iconique Gong li, le site vous permettra de mieux comprendre le culte des ancêtres, pratique fondamentale de la culture chinoise qui perdure encore aujourd’hui. Beaucoup plus proche des valeurs confucéennes et de sa « piété filiale » et plus ancienne que toute forme de religion en Chine, cette pratique consiste à maintenir un lien avec le monde des morts en offrant de la nourriture, en brulant du papier monnaie et encens ou en « balayant les tombes » à l’occasion de la Fête des morts (Qingmingjie). Certains voyageurs pensent légitimement découvrir des représentations divines dans les temples chinois alors qu’il s’agit souvent de personnage clés ou héros de l’histoire chinoise à qui l’on voue un culte presque divin.

Remise des vélos et route pour le site des Huangshan (Montagnes Jaunes). Montée en téléphérique et nuit au sommet. Les nuits y sont fraiches et le climat instable, chaussures de marches, vêtements de pluie et vêtements chauds sont donc de rigueur.

Jour 15 : Huangshan / Shanghai (PD/-/-)

1410-Huangshan-sunrise B coolSi le temps est au rendez vous et si vous arrivez à prendre avec humour le flot chaotique de touristes locaux qui se repairent au son strident et saturé des mégaphones alors vous pourrez apprécier ce que la Chine offre peut être de plus beau. Prenez-le comme un rite de passage, une initiation qui vous ouvrira la voie aux Huangshan, source d’inspiration des artistes chinois depuis des siècles.

Le site tire son nom de cette tradition antique qui consistait à baptiser chaque mont du nom de leurs plus illustres visiteurs, en l’occurrence il s’agit de l’Empereur Jaune Huangdi,, un des pères fondateurs de la civilisation chinoise qui aurait vécu au troisième millénaire avant notre ère et à qui selon le mythe serait l’inventeur entre autre du Feng Shui et l’auteur du premier traité connu de médecine, son épouse aurait transmis aux femmes l’élevage des vers à soie, autant de thèmes que vous aurez abordé lors de votre périple. L’Empereur y aurait vécu en ermite et atteint avec d’autres hauts dignitaires le rang d’immortel grâce aux élixirs confectionné avec les ingrédients locaux.

1410-Huangshan-sunrise B cool-1En fonction du climat, lever à l’aube pour assister au lever de soleil sur Beihai (la Mer du Nord) où une forêt de pics déchiquetés (aux noms évocateurs comme le Pic ou l’on commence à croire (que vous aurez peut être l’endroit que pour vous) ou le Pic du Lion) est inlassablement balayée par une mer de nuages qui donnent l’impression d’un paysage éphémère en perpétuelle mutation.

Quelques pins courbés comparables à des bonzaïs (penjing pour rappel) poussent miraculeusement sur les parois granitiques et complètent cette parfaite peinture vivante, quand le temps est au rendez vous le spectacle est tout simplement phénoménal. Ici c’est la Nature l’artiste, faites des pauses et admirez l’œuvre du jour. Votre marche ressemblera un peu à celle d’un moine (ou Kung-fu panda pour les plus jeunes) en pèlerinage qui parcourt les escaliers interminables et abrupts qui se faufilent le long des montagnes. Si votre condition physique le permet vous pourrez rejoindre les marches de l’ouest et redescendre en téléphérique.

Vous pourrez à votre arrivée au pied des Montagnes oublier votre fatiguer dans les sources thermales (dont les Chinois raffolent pour leurs vertus médicinales) dans lesquelles l’Empereur se prélassait il y a déjà des millénaires (en option). Les sources offrent aujourd’hui toute sorte de traitement au café, divers alcools, bains de poissons qui vous débarrassent de vos peaux mortes (à voir sur place car il n’existe aucune façon de rendre attractive par écrit cette pratique pourtant efficace !) et autres massages.

Transfert à l’aéroport et envol pour Shanghai.

Accueil par votre guide et transfert tardif à l’hôtel.

Bienvenue à Shanghai, symbole d’un début de colonisation par les pays occidentaux au XIXème siècle, puis premier siège du Parti communiste et aujourd’hui fer de lance de l’économie chinoise, l’histoire moderne de la ville a subi de nombreux rebondissements ! Alors que certains considèrent que Shanghai avec ses bars tendances, ses buildings et ses sa vie nocturne électrique est encore très influencée par l’Occident, d’autres y verront le résultat d’une fusion culturelle fascinante.

Jour 16 Shanghaï (PD/-/-)

Route pour la Concession française, symbole d’une époque révolue de privilèges accordés aux Occidentaux. Vous commencerez votre marche au parc Fuxing pour assister une dernière fois au spectacle de la Chine matinale. Concentrez-vous cette fois sur les danseurs de tango qui enflamment le parc  sur une musique saturée, vous apercevrez peut être un danseur ou une danseuse isolés au déhanchement mystique sur une musique imaginaire, un moment magique…

Vous flânerez ensuite dans les rues arborées de la concession où les résidences coloniales se succèdent, réhabilitées en restaurants, bars et boutiques diverses. Le quartier échappait à l’époque à la loi chinoise et attirait ainsi gangsters, mafieux, trafiquants d’opium, prostituées et voyageurs en quête de nouvelles aventures. Imaginez l’ambiance de ce qu’on considérait alors comme l’une des capitales mondiales du vice !

1410-xintiandi-Chen ZhaoVous passerez par Xintiandi, quartier totalement restauré et considéré comme l’un des cœurs de l’animation de la ville. Vous terminerez votre marche dans la concession par Tianzifang, dédale de ruelle très vivant avec ses restaurants, ses boutiques et ses petites galeries d’artistes qui fait aujourd’hui concurrence à Xintiandi avec beaucoup plus d’authenticité.

Retour vers le futur avec la découverte de Pudong, quartier d’affaires ultra moderne, symbole du dynamisme de la ville. Pourtant simple marécage il y a plus de 20 ans et uniquement fréquenté par les paysans et les buffles, les grattes ciels ont poussé comme des champignons devenant ainsi l’un des centres économiques les plus puissants d’Asie !

« Dong » signifie « Est » en chinois et « Xi » signifie « Ouest ». Le fleuve Huangpu sépare Puxi de Pudong. Puxi correspond à toute la ville qui se situe à l’ouest du Huangpu et Pudong tout ce qui se trouve à l’est. La lecture de la ville est alors beaucoup plus simple !

Liujiazui est l’épicentre des buildings de Pudong surtout connus pour la Tour de la Perle d’Orient, la tour Jinmao (escaladée par un vendeur de chaussure de la province de la province de l’Anhui, suivi quelques années plus tard par Alain Robert, le célèbre grimpeur urbain, qui l’aurait escaladé en 1h30) !et l’interminable Shanghai World Financial Center (la plus haute tour de Shanghai) d’où vous admirerez la ville depuis la plus haute terrasse panoramique du monde. Vous pourrez faire une pause et prendre au café 100 Century avenue.

Vous emprunterez le fameux Bund seightseeing tunnel, un mini métro psychédélique qui vous fait traverser le fleuve Huangpu et atteindre Puxi en quelques minutes, bienvenue dans le monde décalé de Shanghai !

Vous découvrirez alors le Bund, la célébrissime promenade qui longe les superbes édifices européens des années 30, témoins de la richesse de Shanghai et du passé occidental de la ville.

Vous emprunterez en fin de journée la fameuse rue de Nankin avec ses enseignes colorées et sa foule qui correspondent parfaitement à l’image que l’on peut se faire d’une capitale asiatique moderne. N’hésitez pas à vous perdre dans les rues perpendiculaires animées par les sonneries des recycleurs et les innombrables boutiques et restaurants et parfumées par les étals de fruits…

Arrivée sur la Place du peuple, ancien hippodrome de Shanghai (et prochain épisode de votre périple) et transfert retour à votre hôtel.

Jour 17 Shanghai (PD/-/-)

Direction la Place du Peuple, épicentre culturel de la ville.

1410-shanghai-museum-Kenneth Mooore Trois musées pour trois styles différents : c’est au Musée de l’Urbanisme que votre journée commencera, et précisément au 3ème étage afin d’admirer l’immense maquette de Shanghai futuriste qui vous permettra de vous repérer et de comprendre parfaitement l’agencement de la ville. Une étonnante salle panoramique vous permettra de visualiser la ville grâce à un petit documentaire de quelques minutes remarquablement réalisé.

Le 4ème étage est plus interactif et pourra satisfaire les envies ludiques des petits comme des grands avec notamment la simulation de bateau dans le port en eaux profonde de Yangshan.

En fonction des expositions du moment et des photos exposées au deuxième étage vous aurez un excellent aperçu de l’évolution éclaire de la ville et de son histoire captivante…

Vous poursuivrez votre journée dans l’une des institutions du pays, voire de l’Asie en générale : le Musée de Shanghai. La collection de bronzes chinois du premier étage n’a pas d’équivalent dans le monde…Mais ce sont aussi jades, meubles de la dynastie Qing, sculptures bouddhiques et autres joyaux de l’art chinois qui composent ce superbe ensemble. Le guide fournit d’excellents audio guides, prenez votre temps !

Et pour les passionnés d’art, la journée se terminera soit au Musée d’art contemporain (Moca) soit au Musée d’art de Shanghai surtout intéressant pour le bâtiment qu’il l’abrite.

L’agréable Parc du Peuple, avec ses bancs, son petit lac, ses quelques stands de nourritures, situé au cœur de la place vous permettra de ponctuer facilement vos visites. Le quartier regorge par ailleurs de restaurants et de cafés.

Vous pourrez arpenter de nouveau la  Rue de Nankin depuis la place jusqu’au Bund et admirer la skyline de Shanghai le soir.

Jour 18 Shanghaï (PD/-/-)

0310-china Venice-Ken MarshallRoute pour Suzhou (situé à une centaine de kilomètres de Shanghai, compter une heure), la plus célèbre des « Venises chinoises », ensemble de bourgades que l’on compare à la célèbre ville italienne de part leur système de canaux et la multitude de ponts de pierre. Les jardins de Suzhou sont aujourd’hui mondialement connus et sont considérés comme les plus beaux du pays.

Vous commencerez votre découverte de la ville à vélo dans les ruelles de la vielle ville de manière à éviter la foule qui anime les jardins le matin. Vous emprunterez donc ce moyen de transport si populaire il y a encore 15 ans et qui fait encore de la résistance face à la montée en puissance des vélos électriques. Vous longerez les ruelles pavées, les maisons blanches aux façades en bois sculpté et aux toits de tuile noires, et les canaux pour découvrir la vie des locaux qui se servent parfois encore de l’eau pour laver leur linge ou entretenir leur habitat.

Découverte des jardins de la « Politique des simples » et du « Maitre des filets » avec un jardinier chinois qui vous parlera de son art et notamment des penjing qui littéralement signifie « paysage dans un pot » et que l’on connait mieux sous le nom de « bonsaï », d’origine chinoise et non japonaise contrairement à l’idée reçue. Traditionnellement les jardins chinois doivent être une reproduction en miniature de la nature, d’où la présence presque systématique de rochers représentants les montagnes, de plans d’eaux symbolisant les lacs et les cours d’eau imitant les rivières. La recherche d’harmonie prend le dessus sur celle de la rigueur géométrique de la plupart des jardins occidentaux. Leurs tracés n’est donc en principe jamais rectiligne, incitant le visiteur à se promener au hasard, au fil de ses pensées sans but et itinéraire défini…On cultive son jardin comme l’on cultive son esprit, un art de vivre pratiqué par les lettrés à la retraite ou riches marchands de la région.

Retour à Shanghai.

Votre séjour s’achèvera par un massage traditionnel chinois, « l’acupression » qui se concentre sur les points d’acupuncture et qui stimule selon la médecine chinoise dans le corps entier. Parfaite conclusion pour ce séjour riche en contrastes et en enseignements.

Jour 19 Shanghai (PD/-/-)

Transfert à l’aéroport et vol retour. Certains ne voudront peut être pas repartir, nous consulter.

CONDITIONS TARIFAIRES

 CLASSE STANDARD

Ville

HOTEL

Catégorie d’Hôtel

Type de chambre

Beijing

Hutong Inn Zaoyuanju Hotel

Standard

Standard Twin

Datong

Datong Hotel

Standard

Standard Twin

Pingyao

Tianyuankui Hotel

Standard

Standard Twin

Xi’an

Citadines Apart Hotel

Standard

Studio

Guilin

Fubo Hotel

Standard

Standard Twin

Yangshuo

Li River Retreat

Standard

Standard Twin

Hangzhou

Lily Hotel

Standard

Standard Twin

Xidi

Xidi Travellodge

Standard

Superior Twin

Huangshan

Paiyunlou

Standard

Superior Twin

Shanghai

 Baolong Homelike

Standard

Standard Twin

 Prix par personne en euros base twin/double, chambre partagée

Hôtel Catégories

1 *pax

2 pax

3-4 pax

5-6 pax

Supplément Single
Janvier – Février

à partir
de
5880 euros

à partir
de
3215 euros

à partir
de
2676 euros

à partir
de
2272 euros

à partir
de
500 euros

Mars – Novembre

à partir
de
5995 euros

à partir
de
3268 euros

à partir
de
2729 euros

à partir
de
2325 euros

à partir
de
556 euros

Décembre

à partir
de
5892 euros

à partir
de
3216 euros

à partir
de
2677 euros

à partir
de
2274 euros

à partir
de504 euros

 

Coût supplémentaire de transfert en avion

Route

Airline

Prix
(par personne, par trajet)

Taiyuan – Xi’an

China Eastern (MU)

Ou similaire

A partir de 115 euros

Xi’an – Guilin

China Eastern (MU)

Ou similaire

A partir de 188 euros

Guilin – Hangzhou

China Eastern (MU)

Ou similaire

A partir de 205 euros

Huangshan – Shanghai

China Eastern (MU)

Ou similaire

A partir de 108 euros

Note:les taxes, frais, assurance sont susceptible d’être modifiés sans notification préalable


Le prix comprend :

  • L’hébergement en Hôtel, chambre demi-double
  • Les repas compris mentionnés aux programmes (PD =Petit Déjeuner, DJ= Déjeuner, D = Dîner).
  • Les visites et transferts en véhicules privés climatisés.
  • Les services de guides locaux francophones et anglophones
  • Les frais d’entrée pour les visites mentionnées au programme

Le prix ne comprend pas :

  • Les visas.
  • Les vols internationaux et taxes portuaires
  • Les repas autres que ceux mentionnés dans le programme.
  • Les taxes Appareil photo/vidéo lors de certaines visites.
  • Les dépenses personnelles (boissons, téléphones, pourboires etc.).
  • L’assurance –assistance – annulation – rapatriement
  • Les prestations qui ne sont pas mentionnées dans la liste de services

Coût supplémentaire pour les autres langues

Langues

Supplément  par groupe

Français/

A partir de 640 euros

crédit photos licence creaative commons par Ken Marshall, Kenneth Moore, Chen Zhao, B cool, Mulligan Stu, Gwydion M Williams, Li Cyril Belé, Arian Zwegers, Tracy Hunter, ronniegrob, Alvaro Verdoy, McKaySavage, Abode of Chaos, Didier BIGAND, Fabio A Chili et Herry Lawford sur www. flickr.com

Informations et réservations : Par téléphone : 01 80 92 60 05 ou Par mail

Application mobile en partenariat avec Make me Droid, le créateur d'applications Android/IOS en ligne.